Le potentiel des puits de carbone au Canada

Sommaire

Les forêts, les océans et les paysages du Canada offrent davantage que des vues impressionnantes, des ressources naturelles et des lieux de loisirs. Tout comme les puits de carbone, ils sont essentiels au maintien du bilan de carbone de la Terre en absorbant une partie de nos émissions de gaz à effet de serre (GES).

Les puits de carbone sont des systèmes naturels (végétaux, sols, milieux aquatiques et marins) qui absorbent plus de carbone de l’atmosphère qu’ils en libèrent. Ces systèmes ont le potentiel d’aider le Canada à atteindre ses objectifs de réduction des GES prévus dans l’Accord de Paris de 2015. Toutefois, certains aspects de ces systèmes complexes ne sont toujours pas pleinement compris, tels que la quantité de carbone produit par des activités humaines qu’ils peuvent continuer à absorber et pour combien de temps, et s’ils peuvent être améliorés afin d’accroître la capacité de stockage du carbone. Les puits de carbone peuvent aussi facilement devenir des sources d’émissions, et le changement climatique en soi peut les forcer à absorber ― ou à libérer ― plus de carbone que dans le passé.

Cette évaluation étudiera le potentiel de l’augmentation de la capacité de stockage de carbone de ces types de systèmes pour faciliter la planification de l’adaptation au changement climatique et de l’atténuation de ses effets au Canada.

Le commanditaire :

Environnement et Changement climatique Canada

La question :

Dans quelle mesure les solutions fondées sur la nature peuvent-elles aider à atteindre les objectifs de réduction des GES du Canada en améliorant les capacités de séquestration et de stockage du carbone et en réduisant les émissions dans des zones aménagées et non aménagées (p. ex., zones humides, systèmes agricoles et forestiers, zones de bois récolté, et comme carbone bleu [en mer]), et en tenant compte des grands impacts climatiques autres que les émissions de CO2 qui peuvent être estimés de façon fiable (p. ex., les émissions de GES autres que le CO2, l’albédo et les aérosols)?

Fermer