Karla Jessen Williamson

Karla Jessen Williamson

Professeure adjointe au département des fondements en éducation, Université de la Saskatchewan (Saskatoon, Sask.)

11 août 2022

Karla Jessen Williamson est professeure adjointe au sein du département des fondements en éducation de l’Université de la Saskatchewan et la première Inuite à être titularisée dans une université canadienne. Mme Jessen Williamson est une Inuite originaire du Groenland. Elle a reçu son enseignement primaire au Groenland et a suivi des études secondaires au Danemark. Depuis son arrivée au Canada, elle a entrepris des études de baccalauréat et de maîtrise dans sa troisième langue (l’anglais) à l’Université de la Saskatchewan. Dans son mémoire de maîtrise, elle a examiné les pratiques d’éducation des enfants inuits à travers le prisme de la relation des Inuits à la terre à Pangnirtung, au Nunavut. Ses études doctorales à l’Université d’Aberdeen, en Écosse, ont traité des relations entre les sexes dans les communautés inuites postcoloniales du Groenland d’un point de vue émique, ce qui a permis de mieux comprendre la construction sociale des relations entre les sexes. Mme Jessen Williamson a publié des livres, des articles et des chapitres de livres. Elle a rendu de nombreuses décisions pour le compte des trois conseils subventionnaires nationaux en mettant à profit ses connaissances approfondies sur la recherche et les processus qui concernent les Inuits et d’autres peuples autochtones du Canada et d’ailleurs. Elle a également été nommée directrice générale de l’Arctic Institute of North America à l’Université de Calgary, qui s’est vu dirigé par une femme pour la première fois depuis sa création en 1945.

La contribution de Mme Jessen Williamson aux discours sur l’épistémologie autochtone et les expériences des systèmes coloniaux est largement reconnue aux échelles locale, nationale et internationale, notamment par des organismes comme l’Instance permanente de l’ONU sur les questions autochtones. Elle a été nommée à la Commission de réconciliation du Groenland, qui s’est achevée en 2017. Bien que versée dans l’histoire écrite de la colonisation, Mme Jessen Williamson a trouvé un créneau dans lequel elle a analysé les réalités visiblement polarisées des colonisateurs et des personnes colonisées sous l’angle des traditions orales inuites. Elle parle couramment sa langue autochtone et se fonde sur la vision du monde des Inuits pour aborder la justice sociale et écologique.

Elle préside le Comité Avatitsinni de l’Université de l’Arctique et est cochercheuse dans le cadre d’un projet consacré à la jeunesse inuite et aux changements climatiques. Ce dernier est mené en collaboration entre des chercheurs canadiens, des communautés inuites et des chercheurs d’universités britanniques.


Rôle : Coprésidente
Rapport : Le futur de la recherche dans l’Arctique et le Nord canadiens